Pesto à l'ail des Ours


Voilà qu'en une belle journée de Printemps, je l'ai rencontré !
Elle dont j'avais si souvent entendu du bien, mais elle à qui je n'avais jamais porté grande attention.
Elle dont j'avais du croisé le chemin déjà il y à bien longtemps, mais que je n'aurais su reconnaître, dont l'odeur ne m'étais pas encore familière, oui, sûrement je l'avais déjà rencontré, sûrement mes yeux avaient déjà vus ses belles parties, ses longues et fines courbes naturelles et son petit cœur d'une blancheur douce, mais qui en lui est puissant.



Puis, lors de cette journée, au fil des courants, suivant les eaux vives et libres, un après-midi ensoleillé passé à parcourir les p'tites rivières discrètes de ma campagne, à l'orée d'un bois, traversé par un petit ruisseau, tel une veine parcourant un corps, sur le bords des flots légers, elle était là, comme si elle n'attendait que cela, elle était parée de ses plus jolies bijoux blancs au milieu de son bel habit vert, comme si elle souhait être remarquée, mais en même temps rester dans le silence de la Nature, à écouter chanter la rivière et converser avec le Coucou.


Soudain, parce qu'il faut dire que devenir blogger culinaire et avoir envie d'être naturopathe plus tard ça te fait apprendre et découvrir pleins de choses, je l'ai reconnu, je l'ai enfin distingué clairement, je savais enfin qui elle était, alors dans le doux silence des lieux, sous le mélodie des oiseaux heureux et du cours d'eau pressé, je me suis approché d'elle, je l'ai tâté, j'ai caressé son lisse feuillage, sous l'émotion de la première fois, je la recueillais dans mes mains délicatement, je sentais son parfum, j'imprimais son image et son odeur, pour ne plus l'oublier, pour me souvenir d'elle, puis tout émoustillé je l'ai remmené chez moi. 


Je venais de découvrir cette belle plante sauvage, cette plante médicinale dont les feuilles ressemblent à celle du muguet (qui lui est toxique en revanche) et qui diffuse un délicat parfum d'ail, est un vrai trésor pour les papilles. L'ail des ours recèle de nombreuses vertus (contre le mauvais cholestérol, il contribue à faire baisser la tension artérielle, a un effet dépuratif et antiseptique intestinal...) et il est très riche en vitamine C.
De la famille de l'ail cultivé que l'on trouve sur nos étals de marché, il semble que l'ail des ours, que l'on appelle aussi "ail sauvage" ("wild garlic" en anglais), soit encore plus riche (ou tout du moins plus concentré) en nutriments que son cousin cultivé, du fait qu'il pousse de manière sauvage.


Et parce que je la découvrais pour la première fois, j'ai découvert sa saveur fabuleuse en m'inspirant de mon ami Nicolas de Ma cuisine à moi, qui en avais fait un pesto. 
Alors, il ne m'en fallait pas plus pour me lancer, je rassemblais ce que j'avais sous la main et hop, j'étais munis d'un pesto à ce fameux ail des ours, cette plante à laquelle je n'avais jamais vraiment fait attention, mais qui allait vite devenir une addiction.


A Vos tabliers !!! Prêts ?!!? Cuisinez !!!

Recette:
( pour 1 pot, ingrédients à multiplier pour faire vos réserves )

- 1 bouquet d'ail des ours (une bonne grosse poignée)
- 6 cl d'huile d'olive 
- 6 cl d'huile de noix 
( ou à défaut uniquement 12 cl d'huile d'olive ou de noix )
- 40 gr d'oléagineux ( ici 20 gr de pignons de pin et 20 gr de noisettes )
- 1 cuillerée à soupe de poudre d'amandes
- 30 gr de parmesan frais
- sel, poivre

Commencez par bien rincez et séchez les feuilles d'ail des ours, puis faites torréfier les noix choisies et la poudre d'amandes quelques minutes dans une poêle à sec (sans matière grasse).
Râpez le parmesan.
Ensuite, c'est plutôt simple, placez tous les ingrédients solides dans le bol de votre mixeur et mixez jusqu'à obtenir une sorte de purée ou de pâte verte avec quelques morceaux. 
Continuez de mixer, tout en versant l'huile en filet.
Il ne doit plus rester de morceaux. Assaisonnez selon vos goûts, goûtez et rectifiez l'assaisonnement si besoin.
La quantité d'huile dépend de la consistance que vous souhaitez donner à votre pesto. Si vous le trouvez trop compact, ajoutez-en un peu pour obtenir un pesto plus liquide.
Versez le pesto obtenu dans un pot préalablement lavé et ébouillanté.
Versez un peu d'huile par dessus pour éviter qu'il ne s'oxyde et conservez le pesto au frigo. 


Utilisé comme un pesto classique, c'est vraiment un délice !!
Je ne sais pas comment j'ai fait pour ne pas découvrir cette plante avant ! Une magnifique et délicieuse découverte.
Et si ont se faisaient des bonnes p'tites pâtes avec ce pesto ? Ca, c'est une autre histoire !



Et vous, vous la connaissez l'ail des ours ???

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bataille Food #48.....Et le nouveau thème est....

Résultat de la très gourmande Bataille Food#48...

Risotto au potimarron & champignons des bois